presse

[Presse] Notre politique fait des grincheux ? Qu’ils grinchent !

[Presse] Notre politique fait des grincheux ? Qu’ils grinchent !

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest
Share on email
Paru sur Lalibre.be - David Clarinval, député bourgmestre (MR), et Corentin de Salle, juriste et docteur en philosophie, ont imaginé un dialogue entre un jeune assistant et un cabinettard écologiste devant la machine à café d’un cabinet ministériel en Région wallonne.

David Clarinval, député bourgmestre (MR), et Corentin de Salle, juriste et docteur en philosophie, ont imaginé un dialogue entre un jeune assistant et un cabinettard écologiste devant la machine à café d’un cabinet ministériel en Région wallonne.

Fable

– Je ne sais pas si tu as lu la presse récemment mais des industriels belges (Solvay, Bayer, Nyrstar et ArcelorMittal Gand) se plaignent du coût de l’électricité.

– Jamais contents, ces industriels ! Ils s’indignent que produire en Wallonie coûte 45 % plus cher que dans les pays limitrophes. 45 % ? Cela me semble farfelu.

– C’est une étude Deloitte commanditée par la Febeliec, l’association des consommateurs d’énergie industrielle.

– Jamais contente, la Febeliec ! Laisse-les rouspéter. Ils gagneront un peu moins d’argent, voilà tout. Comme le disait Emily Hoyos ce week-end : « Notre politique fait des grincheux ? Qu’ils grinchent, ces grincheux ! »

– Euh. Ces industriels estiment que ce coût élevé de l’électricité « peut être mortel », bref que cela risque de conduire rapidement à des délocalisations et à des licenciements massifs.

– Ils exagèrent ! Peut-être mais vu la multiplication de fermetures d’usines ces derniers mois, ne faudrait-il pas les prendre au sérieux ? L’énergie devient de plus en plus chère. C’est une fatalité inhérente au système capitaliste. Pourtant, selon la CREG, si le coût de la facture énergétique pour les PME a augmenté de 17 % de 2007 à 2012, le coût de fabrication n’a augmenté qu’à concurrence de 9 % alors que les cotisations énergie renouvelable ont, quant à elles, augmenté de 57 %, les coûts de réseaux de 43 % (en raison des surcharges) et les taxes et TVA de 6 %.

– Jamais contente, la CREG !

– Mais pourquoi mener des politiques énergétiques qui sont financées directement par les consommateurs plutôt que par les contributeurs ? Test Achat compare la facture énergétique à « une seconde feuille d’impôts ».

– Jamais content, Test Achats ! Comment faire autrement ? Comment financer nos politiques visionnaires alors que notre pays figure chaque année sur le podium mondial des trois pays à la pression fiscale maximale ? Il faut bien recourir à une fiscalité cachée.

– Pourtant, nous plaidons constamment pour la mise en place d’une fiscalité verte. En réalité, elle existe déjà et elle est énorme. Ne serait-il pas plus sage – et plus honnête – de rebudgétiser nos politiques énergétiques et d’en faire supporter le coût uniquement aux contribuables, ce qui impliquerait une transparence et un contrôle budgétaire annuel plutôt que ce système opaque et dénué de garde-fous ?

– Il est logique que ce soit le consommateur d’électricité qui paie plutôt que le contribuable.

– Mais il est déjà taxé à 25 % sur sa facture et doit supporter le coût de la distribution (30 %) et de transport (5 %), services monopolistiques fortement régulés et détenus en majorité par les communes.

– Le consommateur n’a pas besoin de connaître tous ces détails. Quand il y a des hausses de tarif, il suffit de laisser entendre que c’est Electrabel qui se remplit les poches.

– Mais c’est le contraire de la vérité : grâce à la libéralisation partielle, le prix de production de l’énergie pour les clients résidentiels (environ 40 % de la facture) a, au contraire, diminué ces dernières années et non pas augmenté ! C’est tout le reste qui a augmenté et qui a conduit à cette hausse tarifaire !

– C’est pour le bien du public : nous sommes des visionnaires et nous avons tout misé sur l’énergie renouvelable : 37,9 % de l’électricité doit être verte d’ici 2020. Le gouvernement wallon a décidé d’ériger 750 mâts éoliens supplémentaires pour compléter les 261 mâts existants.

– Mais beaucoup se mobilisent contre l’extension du parc éolien. Cela dévalorise leur bien, cause des nuisances et ne tient pas compte de notre potentiel venteux très limité.

– Jamais contents, ces riverains ! Qu’ils grinchent, ces grincheux !

– OK. Mais que répondre à ces critiques qui démontrent que les énergies vertes sont coûteuses, qu’elles mobilisent une technologie importée, qu’elles sont intermittentes, ce qui oblige de développer parallèlement, en réserve, une énergie fossile émettrice de CO2 (gaz ou charbon) pour pallier quotidiennement ces brusques variations ?

– Il faut viser le long terme. C’est pour cela que nous subsidions le renouvelable via des certificats verts (CV).

– Mais ce système est en faillite. Le cours des CV est tombé en dessous du plancher garanti et Elia répercute ce coût sur les consommateurs qui, rien que pour le photovoltaïque, vont devoir payer 2,8 milliards d’euros, peut-être plus (et 11 milliards pour l’ensemble du renouvelable en 2027).

– Jamais contents, ces consommateurs ! Qu’ils grinchent, ces grincheux !

– Le problème, c’est qu’en subsidiant le secteur de l’énergie renouvelable pour lui permettre de vendre à un tarif réduit et en obligeant le transporteur Elia à acheter des quotas d’énergie verte, on contraint les industries gazières en Belgique à ne tourner qu’à régime réduit. Le résultat, c’est que, dans ce système faussé, ces industries gazières ne savent plus vendre à un prix compétitif en Belgique alors que, partout dans le monde, ces industries sont parmi les plus rentables. v- Pas grave. Le ministre fédéral de l’Energie vient de déposer un projet visant à subsidier les industries gazières également.

– Subsidier des entreprises devenues déficitaires parce qu’on subsidie leurs concurrentes ? Ne serait-il pas plus simple de ne rien subsidier du tout ? Cela entraînerait une diminution du coût de l’énergie.

– Non ! Surtout pas ! Avec une énergie bon marché, tout le monde consommerait de manière irresponsable.

– OK. Mais pourquoi le gouvernement Olivier en Wallonie vise-t-il à 30 % de réduction des émissions de CO2 plutôt que les 20 % exigés par l’Union européenne ?

– Parce qu’on doit montrer l’exemple !

– Même si les consommateurs payent plus cher, doivent rogner sur leurs dépenses et si les entreprises ferment ?

– L’important, c’est qu’en 2050, nous puissions atteindre une électricité 100 % renouvelable.

– La FEB estime que ce plan, commandité en 2011 à un consortium par les quatre (!) ministres belges de l’Energie, réduit la Belgique à une île, ignore la nécessité de préserver la compétitivité des entreprises belges et que, dès lors, l’impact sur l’industrie manufacturière n’a pas été mesuré.

– Nous devrons faire des sacrifices.

– A propos de sacrifices, le ministre fédéral de l’Energie a reconnu que nous avions frisé le black-out le 17 janvier 2013. Vu les possibles fermetures de Tihange 2, Doel 3 et la centrale TGV de Seraing, le black-out pour l’hiver 2014 est très probable.

– Nous avons mis en place des contrats interruptibles. Le système a d’ailleurs fonctionné le 17 janvier 2013. On coupe le courant dans certaines entreprises préalablement consentantes et on les dédommage par la suite.

– Encore une dépense à charge de l’Etat. De plus, ces contrats interruptibles ne vont pas séduire les investisseurs étrangers qui voudraient créer de l’emploi chez nous.

– Jamais contents, ces investisseurs !

– Nous n’allons plus pouvoir répondre à la demande énergétique des citoyens. Jamais contents, ces citoyens ! Qu’ils grinchent, ces grincheux ! Ces gens doivent s’habituer à consommer moins. Nous avons mis en place un « plan de délestage » : au cœur de l’hiver, nous couperons de temps à autre brutalement le courant dans leur maison si nécessaire.

– Un peu comme au tiers-monde

– Je renonce ! Impossible de discuter avec toi. Va rejoindre les grincheux!

Source: lalibre.be

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest
Share on email

Soyez le premier

à recevoir les meilleurs conseils et des astuces pour optimiser votre budget énergétique !

Wikipower : Ambassadrice des Trends Gazelles

Une entreprise liégeoise en plein essor : Wikipower poursuit sa croissance et décroche le prix de Trends Gazelles nationale pour l’année 2020, dans la catégorie « Petites entreprises ».

Plus d'articles sur le même thème

[Communiqué de presse] Le Brabant wallon : champion en économies sur les factures d’énergie

Depuis plusieurs années, les communes de Rixensart, La Hulpe et Chaumont-Gistoux s’associent à la
plateforme de conseil en énergie Wikipower pour organiser un achat groupé annuel d’électricité verte
et de gaz. Sur l’ensemble du territoire belge, les 3 communes du Brabant Wallon se hissent en haut du
podium pour leur participation record : 1 ménage sur 5 inscrits à Rixensart et La Hulpe et près d’1
ménage sur 8 à Chaumont-Gistoux.

[Communiqué de presse] Des villes et communes belges aident leurs habitants à économiser 50% sur le prix de l’énergie

Cette année, neuf villes et communes s’associent à la plateforme de conseil en énergie Wikipower pour organiser un achat groupé d’électricité verte et de gaz. Disponible jusqu’au 23 décembre, l’offre du 2ème semestre 2020 proposée aux habitants de Rixensart, La Hulpe, Chaumont-Gistoux, Genappe, Seraing, Tournai, Thuin, Braine-le-Comte et Ganshoren bat tous les records en proposant d’économiser aux citoyens en moyenne 300 euros sur leur facture d’énergie.

[Communiqué de presse] Se chauffer au gaz coûte plus cher aux Wallons

Cet hiver, plus besoin de tergiverser : se chauffer au gaz est une des solutions les plus économiques. Oui, mais pas partout. 239,29 euros : c’est la différence entre la facture annuelle de chauffage d’un ménage wallon et celle d’un ménage flamand, à consommation identique !

Inscription à la newsletter !

Inscrivez-vous à notre newsletter et vous ne manquerez plus aucun bon plan : offres d'achats groupés en avant-première ; tarifs préférentiels ; trucs & astuces pour réduire la consommation d'énergie ; accompagnement personnalisé.

Rappel gratuit et immédiat par nos conseillers !

Rappel gratuit et immédiat par nos conseillers !