consommation-electricite-belgique

Analyse sur la consommation d’électricité en Belgique

Analyse sur la consommation d’électricité en Belgique

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest
Share on email
Entre 2020 et 2021, la facture d’électricité des ménages belges a augmenté de plus de 450 €. En cause ? La forte augmentation des prix sur les marchés de gros liée à la reprise des activités économiques à la suite du déconfinement. De plus, la Belgique est l’un des pays où la facture d’électricité est la plus élevée, si l’on se réfère aux moyennes de nos pays voisins. Mais, comment expliquer ce phénomène et quelles sont les solutions pour réduire vos factures ? Wikipower mène l’enquête pour vous !

Sommaire

Quelle est la consommation moyenne d'électricité en Belgique ?

La consommation moyenne d’électricité en Belgique est établie par la CREG, le régulateur fédéral.

La consommation moyenne d’électricité pour les profils résidentiels dotés d’un compteur mono-horaire est estimée à 3.500 kWh/an tandis qu’elle est jaugée à 50.000 kWh/an pour les clients professionnels et plus particulièrement, les PME.

Dans son rapport annuel de 2020, la CWaPE – Commission Wallonne pour l’Energie -, a réparti les clients résidentiels belges selon leur moyenne de consommation annuelle. Comme en témoigne le graphique ci-dessous, les ménages consommant entre 2000 et 3000 kWh/an représentent environ 20% des clients résidentiels du pays, suivis de près par les foyers qui consomment entre 1000 et 2000 kWh/an et ceux dont la consommation oscille entre 3000 et 4000 kWh/an.

consommation-electrique-cwape

Vous désirez vous tenir au courant des dernières avancées en termes d’énergie ? Alors abonnez-vous à la newsletter de Wikipower pour rester connecté !

Comment calculer sa consommation d'électricité ?

Le moyen le plus simple pour calculer votre consommation d’électricité par an est de faire la différence entre le relevé d’index de l’année précédente avec celui de l’année en cours. Le résultat obtenu vous donnera le nombre de kWh que vous avez consommé sur une année.

Cependant, si vous souhaitez effectuer une analyse plus approfondie et connaître quels sont les appareils les plus énergivores au sein de votre foyer (électroménagers, chauffages…), le calcul est plus complexe mais toutefois réalisable. Dès lors, vous devrez avoir connaissance des données suivantes :

  • La puissance, exprimée en Watt, des appareils concernés ;
  • L’utilisation quotidienne que vous en faites, exprimée en heures ;
  • Sur une année complète, le nombre de jours où vous utilisez ces appareils.

Une fois ces informations rassemblées, vous devrez multiplier le nombre d’heures par le nombre de jours et multiplier ce résultat par la puissance divisée par 1000. Par exemple, un aspirateur dont la puissance est égale à 2000 Watts, que vous utilisez deux fois par semaine (donc, 104 fois sur un an) à raison de 2 heures consomme 416 kWh/an :

2*104*(2000/1000) =416

Les mathématiques ne sont pas votre point fort ? Dans ce cas, il existe divers appareils connectés et intelligents vous permettant de connaître la consommation exacte de vos électroménagers et autres systèmes de chauffage. C’est le cas, par exemple, du thermostat intelligent. Généralement relié à une application mobile, cette technologie vous permet de contrôler votre chauffage à distance et d’analyser vos habitudes de consommation afin de régler au mieux vos paramètres et d’économiser de l’énergie. Le wattmètre est un autre outil pratique qui calcule la consommation exacte de tous vos électroménagers mais aussi, leur puissance et, selon le modèle, leur coût.

Quel est le montant des factures annuelles d'électricité en Belgique ?

Tous les mois, la CREG publie un tableau de bord reprenant les évolutions du prix des énergies (électricité et gaz naturel). Cette analyse permet non seulement de visualiser les tarifs d’années en années en Belgique et par Régions mais aussi, de comparer nos moyennes avec celles de nos pays voisins tels que la France, les Pays-Bas ou encore, le Royaume-Unis.

Dans le tableau ci-dessous, retrouvez le montant de la facture annuelle (TVAC) d’un client résidentiel sur les trois dernières années en Belgique et par Régions.

Lieu / Année

Novembre 2021

Novembre 2020

Novembre 2019

Belgique

1321,98 €

869,86 €

936,49 €

Bruxelles

1254,90 €

770,18 €

817,28 €

Wallonie

1391,77 €

924,72 €

1001,40 €

Flandre

1319,37 €

914,67 €

990,78 €

La première chose que l’on peut constater en analysant ce tableau, c’est la disparité des montants. En effet, entre 2019 et 2020, la facture moyenne d’électricité en Belgique a chuté de 66,53 €, tandis qu’entre 2020 et 2021, elle a drastiquement augmenté de 452,12 € sur l’ensemble du territoire.

En ce qui concerne les clients professionnels, le montant des factures annuelles (TVAC) sur les trois dernières années en Belgique et par Région sont les suivants :

Lieu / Année

Novembre 2021

Novembre 2020

Novembre 2019

Belgique

14.866,70 €

9789,93 €

10.620,71 €

Bruxelles

13.348,35 €

8293,45 €

9099,75 €

Wallonie

16.013,29 €

10.496,59 €

11.351,66 €

Flandre

15.238,45 €

10.579,76€

9099,75 €

Les PME, elles aussi, ont été victimes d’une grande disparité dans leurs montants puisque l’on constate une différence de 5.076,77 € entre 2020 et 2021 ainsi qu’un écart de 830,78 € entre 2019 et 2020.

Mais, comment pouvons-nous expliquer ces montants ? 2020 a été synonyme de baisse historique des prix de l’énergie à cause de l’arrivée du coronavirus. Bien que la majeure partie des Belges se soient retrouvés en télétravail, de nombreuses industries ont dû fermer leur porte, ce qui a mis à l’arrêt de nombreux domaines de production et a donc diminué naturellement les besoins énergétiques et la consommation d’électricité. Cet effet papillon a permis une baisse des prix de l’énergie en Belgique mais également partout dans le monde.

A l’inverse, en 2021, les activités économiques ont repris leur cours, ce qui a fait bondir la demande et donc, les prix sur les marchés de gros. Par conséquent, les prix mis en place par les fournisseurs commerciaux ont eux aussi été revu à la hausse.

>> Hausse des prix : devriez-vous changer de contrat d’énergie ?

Les données révèlent également un déséquilibre des tarifs de l’électricité par Région et ce, sur une même année. Cette différence est principalement due aux coûts de réseau appliqués par les GRD (gestionnaires de réseau de distribution). Ce poste de coût leur permet d’entretenir le réseau dans son ensemble et d’effectuer les diverses tâches qui leur sont attitrées (relevé d’index, raccordement de compteur…). Cette disparité au niveau des coûts de réseau pousse à la réflexion et interroge sur la légitimité de nos gouvernements régionaux à être aussi hétéroclites dans le montant de leurs frais de réseau. En tant que citoyen belge, il est naturel de se demander pour quelles raisons valables un Bruxellois paierait moins cher sa facture totale d’électricité qu’un Wallon ou un Flamand inscrit auprès du même fournisseur.

Comparatif entre le montant des factures d'électricité des Belges avec nos pays voisins

En novembre 2021, voici ce que la CREG publiait dans son rapport mensuel concernant le prix de l’électricité en Belgique ainsi que dans les pays voisins :

Pays

Montant total de la facture annuelle (TVAC)

Belgique

1321,98 €

France

682,16 €

Allemagne

1334,46 €

Royaume-Unis

1233,93 €

Pays-Bas

1047,15 €

Quelle analyse pouvons-nous effectuer ? Nous constatons d’abord que l’Allemagne arrive en première position des pays ayant la facture annuelle d’électricité la plus chère, suivie de près par la Belgique, avec une différence de seulement 12,48 € entre les deux pays. Quant à la France, elle détient le titre du pays ayant la facture la moins élevée avec un total de 682,16 € par an. En cause notamment, la TVA qui est plus élevée chez nous et chez nos voisins allemands (19 % en Allemagne et 21 % en Belgique).

La composante énergie des Pays-Bas est plus élevée que dans les autres pays puisqu’elle s’élève à 679,73 € contre 580,21 € en Belgique. De plus, sa TVA est également élevée puisqu’elle est identique à la nôtre. Si ce pays est quatrième dans le classement, c’est grâce au gouvernement qui, jugeant que l’approvisionnement en énergie est un besoin fondamental, a mis en place « la réduction énergie » (« teruggave »), qui correspond en réalité à une réduction d’impôts. En 2021, celle-ci s’élevait à 558,56 € par foyer.

Si la France est en tête du classement des pays les moins chers en termes d’électricité, c’est en majeure partie grâce au nucléaire. En effet, grâce à ses 58 réacteurs, l’Hexagone produit plus de 70 % de son électricité à bas prix et permet ainsi de fournir la majorité des ménages du pays. Ainsi, si on la compare avec l’Allemagne, sa voisine produit 31 % de son électricité totale via les énergies renouvelables. Elle est donc le pays ayant le plus imposant quota de production verte d’électricité, ce qui expliquerait aussi le montant élevé de sa facture annuelle.

De plus, en matière d’énergie, le système de TVA français diffère de celui des autres pays puisqu’il existe deux TVA distinctes correspondant à deux postes de coûts de la facture et non pas à son montant total :

  1. Une TVA à 5 % sur le montant de l’abonnement et sur le montant de la CTA (Contribution Tarifaire d’Acheminement) ;
  2. Une TVA à 20 % sur le montant de la consommation, sur la CSPE (Contribution Service Public d’Electricité) et sur la CFE (Consommation Finale d’Electricité).
facture-electricite-belgique-pays-voisins

L'historique de la consommation d'électricité en Belgique

La FEBEG – Fédération Belge de l’Electricité et du Gaz – a publié un rapport reprenant les données de consommation d’électricité en Belgique entre 2007 et 2020.

Comme le montre l’image ci-dessus, la consommation totale d’électricité en 2020 s’élevait à 79,89 TWh, soit 79 890 000 000 kWh, ce qui représente 3,39 TWh de moins qu’en 2019. La raison principale de cette diminution s’explique par la crise sanitaire qui a engendré une baisse conséquente de la production et de la consommation d’électricité, notamment dans les secteurs industriels. Dans le graphique, nous constatons également une chute importante de la consommation d’électricité en 2009, suite à la crise économique mondiale connue en 2008.

Cependant, les années où nous n’avons pas été confronté à une quelconque crise, nous constatons une hausse croissante de la consommation d’électricité. Cela est notamment dû à l’utilisation de plus en plus fréquente d’électricité comme moyen de production ou, pour les profils résidentiels, comme moyen de chauffage.

>> Prix de l’énergie : avec quelle énergie vaut-il mieux se chauffer ?

Dans le graphique ci-dessous, vous pourrez observer la répartition de la consommation d’électricité en Belgique par secteur en 2019. Nous constatons que les profils résidentiels, à savoir les ménages, arrivent en troisième position, après le secteur industriel et tertiaire.

L'électricité, l'énergie du futur ?

Aujourd’hui, de plus en plus de ménages ont recourt à l’électricité pour le chauffage, l’eau chaude sanitaire ou encore, pour se véhiculer. Dès lors, les personnes effectuant des travaux de rénovation ont tendance à laisser le mazout et le gaz de côté pour privilégier un moyen de chauffage électrique et surtout, issu des énergies renouvelables.

>> Lire aussi : Vers la fin des chaudières à mazout en Belgique

Mais alors, est-ce que l’électricité est considérée comme étant l’énergie du futur ? Si l’on en croit les politiques, oui ! Avec la mise en place de l’Agenda 2030 qui promet de lutter contre le réchauffement climatique, d’avoir recours aux énergies renouvelables ainsi qu’un accès pour tous aux énergies modernes et ce, à coût abordable, la hausse de l’électrification devrait s’étendre sur une bonne partie de notre planète d’ici 2030.

Qu’est-ce que l’Agenda 2030 ? Il s’agit d’un programme de développement durable ayant été signé en 2015 par les 193 pays membres de l’ONU. Cet agenda rassemble 17 objectifs traitant des personnes, de la planète, de la prospérité, de la paix ainsi que des partenariats. L’agenda 2030 doit son nom à la date limite de mise en application de ces objectifs, soit : 2030.

Cependant, cet objectif n’est pas sans risque. Bien que la production d’électricité à partir d’énergies renouvelables (éoliennes et photovoltaïques principalement) prend de plus en plus d’ampleur partout dans le monde, ces moyens nécessitent que les systèmes soient opérationnels 24h/24. Cela demande donc une certaine flexibilité sur les réseaux, avec notamment une réserve de puissance pour assurer le passage des pointes de consommation, par exemple, en cas d’indisponibilité des parcs éoliens. De plus, à l’heure actuelle, 650 millions de personnes, principalement situées en Afrique, n’ont pas encore accès à l’électricité de manière standard.

Néanmoins, dans nos sociétés occidentales, l’appel à l’électrification est de plus en plus fort et les gouvernements encouragent davantage vers cette transition énergétique importante. A l’heure où les politiques belges s’enflamment sur la sortie du nucléaire, normalement prévue pour 2025, il est légitime de se demander si notre pays pourra assurer sa sécurité d’approvisionnement en misant tout sur le renouvelable qui, rappelons-le, est intermittent et dépend principalement des conditions météorologiques, souvent instables sur notre territoire.

Quel impact sur l'environnement ?

Bien que les pompes à chaleur, les panneaux photovoltaïques ou encore, les voitures électriques soient considérées comme étant écologiques, est-ce que leur utilisation sur le long terme ne provoquerait pas un impact environnemental négatif ?

En ce qui concerne la pompe à chaleur, son principe de base est de chauffer votre habitation (et parfois, votre eau chaude sanitaire) à l’aide d’éléments de la nature tels que l’eau, l’air ou le sol. Dès lors, la pompe va puiser dans les ressources naturelles afin de les transformer en chaleur. En théorie, donc, ce système semble très écologique. Cependant, pour assurer son bon fonctionnement, de l’électricité provenant du réseau et donc en partie produite par des centrales nucléaires ou au gaz est tout de même nécessaire et ce, dans le but d’alimenter le compresseur de l’installation. Néanmoins, gardez à l’esprit qu’une pompe à chaleur produit 70 % de moins de gaz à effet de serre qu’une chaudière au gaz classique.

Vis-à-vis des panneaux solaires, c’est leur production qui peut poser problème pour l’environnement puisque les matériaux utilisés ne sont pas toujours neutres en carbone voire même pointés du doigt en termes de pollution. De plus, 60 % de la production mondiale provient de Chine, ce qui augmente davantage son bilan carbone puisque la production et l’exportation des panneaux nécessitent énormément de dépenses énergétiques grises. Cependant, tout n’est pas noir dans le domaine des panneaux photovoltaïques puisque la majeure partie d’entre eux sont 100 % recyclables.

Abordons à présent l’impact environnemental potentiel des voitures électriques. Ces véhicules émettent jusqu’à trois fois moins de CO2 que leurs consœurs fonctionnant à partir de carburants tels que le diesel ou l’essence. Cependant, c’est la production de leurs batteries qui pose problème puisqu’elles sont fabriquées à partir de métaux tels que le lithium, le cuivre ou le nickel, relativement polluants. De plus, ces métaux ne se trouvent pas partout et leur exportation fait ainsi augmenter leur bilan carbone. Un autre point noir à préciser est qu’une fois obsolète, la batterie d’une voiture électrique est difficilement recyclable. Mais, la production des batteries émet beaucoup moins de gaz à effet de serre que l’utilisation quotidienne de voitures fonctionnant au diesel ou à l’essence. Sur le long terme, les modèles électriques sont donc plus rentables et écologiques.

Vous désirez vous tenir au courant des dernières avancées en termes d’énergie ? Alors abonnez-vous à la newsletter de Wikipower pour rester connecté !

Comment gérer sa consommation électrique et la réduire ?

Vous souhaitez réduire votre consommation d’électricité pour réduire vos factures et/ou par soucis écologique ? Plusieurs petits gestes du quotidien peuvent dès lors être appliqués :

  • Investissez dans des ampoules LED. Plus chères à l’achat, ces ampoules consomment toutefois beaucoup moins et durent plus longtemps ;
  • Prêtez attention à la classe énergétique de vos électroménagers : un aspirateur de classe A+ consommera beaucoup moins qu’un modèle similaire de classe E, par exemple ;
  • Effectuez des travaux d’isolation puisqu’une maison mal isolée peut causer jusqu’à 30 % de vos déperditions énergétiques. De plus, des primes octroyées par les pouvoirs publics sont disponibles si vous décidez d’entreprendre ce type de rénovation ;
  • Débranchez tous les appareils et les prises électriques dont vous ne vous servez pas car même éteints, ils continuent de consommer.

>> Pour plus de conseils, lisez notre guide : « 50 conseils en énergie pour faire des économies« .

Comment réduire sa facture d'électricité ?

Vous mettez tout en œuvre pour consommer de manière écologique mais vos factures ne baissent pas ? C’est peut-être que le prix de votre électricité est trop élevé. Bien que l’augmentation des prix de l’énergie touchent tous les ménages en Belgique, il existe cependant des astuces pour trouver un fournisseur d’énergie moins cher :

  • Comparez les offres et les fournisseurs via des outils adaptés tels que le CREG Scan qui vous permet de comparer votre contrat en cours avec les prix du marché actuel ou encore, le Comparateur-Energie.be, premier e-comparateur à avoir été certifié par la CREG. Cet outil vous permettra de dénicher l’offre la plus en adéquation avec vos habitudes de consommation ;
  • Inscrivez-vous à notre achat groupé d’énergie. Grâce à la force du groupe, notre équipe sera en mesure de négocier les meilleurs tarifs auprès des fournisseurs. De plus, vous ne devrez vous occuper d’aucune démarche administrative puisque ce sont nos conseillers qui effectuent le changement de fournisseur pour vous et ce, sans frais.

Vous prévoyez de changer de fournisseur ? Participez à un achat groupé pour bénéficier de promotions exclusives !

Sources

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest
Share on email

Soyez le premier

à recevoir les meilleurs conseils et des astuces pour optimiser votre budget énergétique !

Wikipower : Ambassadrice des Trends Gazelles

Une entreprise liégeoise en plein essor : Wikipower poursuit sa croissance et décroche le prix de Trends Gazelles nationale pour l’année 2020, dans la catégorie « Petites entreprises ».

Plus d'articles sur le même thème

isolation

L’isolation des logements, obligatoire dès 2030 ?

La Commission Européenne veut rendre les travaux de rénovation énergétique obligatoires d’ici 2030 pour tous les Etats membres. Cela implique la rénovation de plus de 35 millions de bâtiments d’ici la fin de cette décennie. L’accent est davantage mis sur les travaux d’isolation et ce, dans le but d’augmenter le PEB de l’ensemble des biens privés et publics mais aussi, de tendre vers l’objectif de neutralité carbone prévu pour 2050.

neutralité-carbone

Comment atteindre la neutralité carbone ?

Depuis les Accords de Paris en 2016, les différents états signataires ont un objectif en tête : la neutralité carbone pour 2050. Si nous y arrivons, nous diminuerons drastiquement le réchauffement climatique de notre planète et donc, les conséquences désastreuses qu’il engendre. Mais, est-ce que la neutralité carbone est objectivement atteignable d’ici 2050 ? Que pouvons-nous faire, en tant que citoyens ou entreprises, pour y arriver et diminuer nos émissions de gaz à effet de serre ?

Inscription à la newsletter !

Inscrivez-vous à notre newsletter et vous ne manquerez plus aucun bon plan : offres d'achats groupés en avant-première ; tarifs préférentiels ; trucs & astuces pour réduire la consommation d'énergie ; accompagnement personnalisé.

Rappel gratuit et immédiat par nos conseillers !

Rappel gratuit et immédiat par nos conseillers !