9 types de chauffage écologique pour votre maison

29/11/2019

Chauffer sa maison sans surchauffer la planète, c’est possible. Des solutions répandues comme la chaudière à pellets ou la pompe à chaleur, aux solutions insolites comme l’utilisation des égouts ou du métro comme source de chaleur, découvrez 9 types de chauffage écologique à envisager pour votre logement.

chauffage ecologique au bois

Réduire son empreinte carbone est un combat de tous les jours — un combat pas toujours facile à mener avec nos systèmes de chauffage classiques. L’exploitation et la consommation de mazout (ou fioul) et de gaz naturel libèrent en effet une quantité substantielle de CO2 dans l’air.

De plus, au-delà de la question environnementale, il y a une question économique. De fait, de nombreux foyers en Belgique possèdent des chaudières âgées de plus de 25 ans. Comme on peut s’en douter, ces dernières sont inadaptées et énergétiquement dépassées. Elles entraînent par conséquent une surconsommation alourdissant inutilement la facture de chauffage.

>> Lire aussi : 5 pistes pour réduire votre facture de chauffage

Pourtant, il existe de nos jours de nombreux types de chauffage alternatifs qui sont plus écologiques, plus économiques et quelques fois tout à fait étonnants. Nous vous invitons à partir à leur découverte.

 

1. Le chauffage au bois, l’intemporel qui se réinvente

L’humanité se chauffe au bois depuis toujours. Avec le temps, nous sommes passés du feu de camp, aux cheminées classiques, et désormais à des chaudières et des poêles à bois d’une efficacité énergétique parfois redoutable. C’est particulièrement vrai pour le pellet, un biocombustible issu de la récupération de sciures et de copeaux de bois. En outre, ce petit granulé de bois est peu coûteux et il n’est pas sensible aux fluctuations boursières. Son prix est donc relativement stable et dépend surtout de sa qualité et de la saisonnalité.

>> En savoir plus : le guide complet du chauffage au pellet

Enfin, le dernier avantage majeur du bois, et pas des moindres, c’est son bilan carbone qui est neutre. En effet, contrairement aux combustibles fossiles qui libèrent du « nouveau » gaz carbonique produit à partir de la décomposition de végétaux ou d’animaux, le bois libère du CO2 qu’il a capté au préalable dans l’atmosphère. Ainsi, la quantité absolue de CO2 présente dans l’air n’augmente pas avec la combustion du bois. Cette qualité fait de lui un chauffage écologique de premier choix.

 

2. La pompe à chaleur, ou transférer la chaleur extérieure vers votre intérieur

Quoi de plus écoresponsable que de se passer tout bonnement de combustible ? La pompe à chaleur vous permet de passer ce cap. En effet, son principe ne repose pas sur la combustion, mais sur le transfert de chaleur (tout comme le réfrigérateur ou le climatiseur). Il s’agit ainsi d’ « une installation qui permet d’extraire des calories dans le milieu extérieur (sol, eau ou air) et de les transférer à l’intérieur d’un bâtiment » (source : Écoconso). Ce principe de transfert de chaleur peut être décliné à l’infini, comme nous le verrons dans les applications suivantes.

Notez cependant qu’une pompe à chaleur fonctionne à l’électricité. Il serait donc intéressant de combiner son utilisation avec des panneaux photovoltaïques afin que votre consommation énergétique devienne la plus autonome possible.

 

3. La chaudière à condensation, l’évolution de la chaudière classique

Vous n’avez pas la place ou les moyens nécessaires pour installer une chaudière à pellets ou une pompe à chaleur ? Vous pouvez alors simplement moderniser votre chaudière à mazout ou à gaz, surtout si celle-ci a déjà de longues années de vies derrière elle. Il existe désormais des modèles dont la performance énergétique s’est nettement améliorée. C’est le cas des chaudières à condensation. Comme leur nom l’indique, elles sont capables de condenser une grande partie de la vapeur d’eau produite lors de l’étape de la combustion. Il est alors possible de récupérer la chaleur de cette vapeur d’eau afin d’augmenter le rendement de votre chaudière. Au final, vous pourrez ainsi réduire de façon significative votre consommation de mazout ou de gaz.

 

4. Le chauffage solaire, un complément pour plus de confort

Il est également possible d’opter pour un chauffage solaire. Il s’agit d’un système qui utilise le rayonnement du soleil pour chauffer l’eau, grâce à des capteurs spéciaux placés sur vos panneaux solaires. Ces capteurs permettent d’absorber la lumière et de la transformer en chaleur via un liquide caloporteur. Le principal avantage de ce chauffage écologique réside dans l’accès libre à une source d’énergie illimitée : le soleil.

Ceci étant, l’ensoleillement sous nos latitudes étant ce qu’il est, il n’est pas (encore) possible pour un chauffage solaire de répondre à la totalité des besoins en chaleur d’un ménage. Si vous optez pour ce système, il vous faudra donc compter sur un chauffage d’appoint pour compléter votre consommation.

 

5. La maison-serre, la maison autonome par excellence

L’idée d’une maison 100% autonome en termes de consommation d’énergie vous séduit ? Sachez que c’est tout à fait possible, comme l’a démontré Koen Vandewalle. En effet, cet architecte belge a fait construire près de Mouscron une maison sous serre qui n’est reliée à aucun réseau électrique. Cette idée brillante permet de maintenir un microclimat toute l’année autour de la maison. Pour les cas de grand froid, une pompe à chaleur est prévue afin de compléter l’apport en chaleur. Cette pompe peut compter sur l’électricité générée par pas moins de 72 panneaux solaires intégrés au verre de la serre.

L’inconvénient de cette solution est qu’il faut trouver le terrain et les moyens nécessaires pour bâtir un tel bijou écologique. Néanmoins, le retour sur investissement constitue assurément une bonne raison de se lancer dans un tel projet.

 

6. La riothermie, parce que vos égouts ont du potentiel

Et si nous chauffions nos bâtiments grâce aux égouts ? L’idée vous paraît farfelue ? Pourtant elle découle d’un raisonnement très logique : nous rejetons une quantité phénoménale d’eau chaude dans les égouts (eaux du bain, lave-linge, etc.). Au lieu laisser cette chaleur en perdition, on peut la capter pour s’en servir de chauffage et ainsi éviter du gaspillage d’énergie.

Cette innovation appelée riothermie est un dérivé de la pompe à chaleur. L’idée est ainsi de capter la chaleur ou la fraîcheur des eaux usées pour calibrer la température d’un bâtiment selon ses besoins. La commune d’Uccle a d’ailleurs choisi ce procédé innovant pour assurer un chauffage écoresponsable de sa future maison communale.

 

7. L’incinérateur, pour faire d’une pierre deux coups

La ville de Bruxelles a mis en place une solution pour tacler en même temps les problématiques de gestion des déchets et de consommation d’énergie. Il s’agit d’un incinérateur de déchets pour produire électricité et chaleur. Le principe est assez simple : l’incinérateur comporte des fours dans lesquels sont brûlés les déchets, et la chaleur dégagée par la combustion est transformée en vapeur d’eau. Celle-ci est alors récupérée en partie et utilisée pour le chauffage de divers bâtiments. L’incinérateur de Bruxelles permet déjà d’alimenter plusieurs constructions, comme le centre commercial Dockx. Le Domaine royal de Laeken devrait également pouvoir bénéficier de ce réseau de chauffage courant 2020-2021.

 

8. Le métro ne sert pas qu’à se déplacer

À Paris, des logements du 4e arrondissement bénéficient d’un chauffage généré par… la ligne 11 du réseau de métros parisien. En effet, la circulation des métros génère une certaine chaleur qui était jusqu’à présent perdue. Désormais, grâce à un système de filtres, l’air chaud est récupéré et acheminé vers une pompe à chaleur située dans les sous-sols des immeubles reliés. Il s’agit donc une nouvelle fois d’une application ingénieuse du système de transfert de chaleur.

Pour l’instant, l’apport généré n’est pas encore suffisant pour couvrir l’entièreté des besoins de chauffage des logements concernés. Néanmoins, on saluera tout de même l’originalité de l’initiative, et il ne fait aucun doute que la technologie ne fera que se perfectionner à l’avenir. Peut-être la verra-t-on même arriver en Belgique un jour ?

 

9. L’ordinateur, un radiateur tout désigné

Avez-vous déjà envisagé de vous chauffer avec un radiateur-ordinateur ? Le concept vous paraît incongru ? Il mérite pourtant amplement votre considération. Pour s’en convaincre, il suffit d’allumer votre propre ordinateur. La chaleur qui s’en dégage en fait une source de chauffage déjà prête à l’emploi.

Il n’en fallait pas plus pour que certaines entreprises poussent le concept un peu plus loin. Elles ont ainsi eu l’idée, insolite mais astucieuse, d’utiliser un serveur comme chauffage dans des habitations. En effet, ces ordinateurs puissants dégagent énormément de chaleur. Dans les datas centers, cette chaleur est laissée en perdition, voire gaspillée, puisqu’il faut mettre en place de gros moyens de climatisation pour éviter la surchauffe des machines. Pourquoi alors ne pas décentraliser ces serveurs et placer chacun d’eux dans un logement ? « Chaque kWh est utilisé 2 fois, une première fois pour faire fonctionner l’ordinateur et une seconde fois pour chauffer les maisons alors que, jusqu’ici, ces 2 opérations se faisaient séparément », explique le fondateur d’une entreprise hollandaise qui désire généraliser ce concept.

 

Bonus : n’oubliez pas l’isolation et les aides régionales !

Opter pour un chauffage plus respectueux de l’environnement, c’est bien ; le faire sans gaspillage d’énergie, c’est mieux. Avant de changer de type de chauffage, nous vous conseillons donc vivement de vérifier l’état de l’isolation de votre habitation. En effet, il serait bien dommage d’adopter un chauffage écologique, alors que votre maison est en proie à des déperditions de chaleur en permanence. Toutes vos fenêtres possèdent-elles un double vitrage ? Vos conduits d’eau externes sont-ils protégés ? Qu’en est-il de vos murs et de votre toit ? Réduire sa consommation de chauffage passe avant tout par une bonne isolation thermique.

Pour isoler votre maison à des prix doux, participez aux achats groupés de Wikipower !

Je m’inscris à l’achat groupé d’isolation

Enfin, rappelons que vous pouvez éventuellement bénéficier de primes régionales pour vos travaux visant à améliorer la performance énergétique de votre logement. En Wallonie, vous pouvez ainsi demander une Prime Habitation, et à Bruxelles, l’équivalent est la Prime à la rénovation. N’hésitez pas à vous renseigner pour pouvoir en bénéficier !

← Voir tous les articles