L’éolien en mer comme alternative au compte épargne

16/10/2019

Et s’il était possible d’investir dans les énergies propres tout en percevant un rendement financier ? C’est ce que deux coopératives belges proposent en permettant à des particuliers d’investir dans l’éolien offshore. Le dividende devrait varier entre 4 et 6%, des taux indéniablement plus élevés que ceux des produits d’épargne classiques.

éoliennes offshore

L’éolien offshore (c’est-à-dire en mer) a le vent en poupe en Belgique. C’est le moins que l’on puisse dire quand on constate à quel point les parcs éoliens belges en mer du Nord se sont développés ces dernières années. En effet, depuis la pose des 6 premières éoliennes en 2009, d’autres hélices géantes n’ont cessé de pousser au large de la côte belge. La Belgique dispose aujourd’hui de pas moins de 6 parcs éoliens offshore, totalisant 274 éoliennes pour une capacité de production totale atteignant 1.556 MW. Cela fait ainsi de notre plat pays le cinquième producteur mondial d’énergie éolienne en mer. Les ambitions ne s’arrêtent pas là, puisque la BOP (Belgian Offshore Platform) prévoit d’atteindre les 4.000 MW d’ici 2024.

>> Voir aussi : Fonctionnement d’une éolienne

Si les citoyens eux-mêmes n’étaient pas impliqués dans le développement de l’éolien en mer jusqu’à présent, les choses sont en train de changer. Et pour cause, deux coopératives belges permettent désormais aux particuliers d’investir dans le développement de ces parcs éoliens. C’est assurément un moyen des plus intéressants pour diversifier son épargne.

 

ECO2050 : impliquer le citoyen

La première coopérative porte le nom d’ECO2050. C’est une initiative de plusieurs communes limbourgeoises, à travers l’organisme Nuhma, leur fond d’investissement dans les énergies renouvelables. L’argent levé sera investi sous forme de prêt dans la construction des parcs Rentel et Seamade et le développement du parc C-Power.

Le but est de permettre aux citoyens de s’impliquer dans la transition énergétique, tout en leur permettant de percevoir un dividende intéressant. Les souscripteurs pourront ainsi recevoir un dividende allant de 4 à 6%, selon les conditions météorologiques de l’année précédente (beaucoup ou peu de vent). Ces rendements sont nettement plus alléchants que celui d’un compte épargne classique. Une part peut être acquise au prix de 50 euros, et un coopérateur peut en acquérir jusqu’à mille.

 

North Sea Wind : ouvrir l’investissement éolien à tous

En ce qui concerne la deuxième coopérative, il s’agit de North Sea Wind. C’est une initiative de Parkwind (une des principales entreprises qui opèrent les éoliennes en mer du Nord) et de Colruyt, entre autres. On peut dès lors spéculer que l’investissement pourra servir indirectement au projet d’usine à hydrogène initié par Colruyt et Fluxys.

Quoi qu’il en soit, North Sea Wind cherche à lever 20 millions d’euros pour développer les parcs éoliens en mer de Parkwind. C’est pourquoi elle désire ouvrir l’investissement à tous, en impliquant particulièrement le citoyen dans le développement d’énergie verte.

Il sera également question d’un prêt, dont la durée sera de 7 ans en principe. Selon North Sea Wind, le rendement actuariel brut est estimé à 4,24%, pendant la durée de l’investissement.

Une part coûte 10 euros et le montant minimal de souscription est de 250 euros. L’investissement maximal, quant à lui, est fixé à 5.000 euros par personne. Si vous êtes intéressé par cette initiative, ne tardez pas, car les souscriptions se clôturent le 23 novembre.

 

Un bel avenir pour les énergies éoliennes offshore

Dans un contexte où l’investissement dans les énergies durables est essentiel, les initiatives de ces coopératives sont à saluer. Non seulement d’offrir une alternative financièrement intéressante au compte épargne traditionnel, elles permettent aux citoyens d’être plus concrètement impliqués dans la transition énergétique. Notons cependant que souscrire à une part reste un investissement financier, et que par conséquent, un certain risque est inhérent. Il s’agit néanmoins d’un placement qui trouve tout son sens pour sortir du nucléaire et diminuer notre dépendance aux énergies fossiles.

>> Lire aussi : Grève mondiale pour le climat : est-ce que ce sera suffisant ?

Dans ce contexte, l’éolien offshore est sans aucun doute une pierre angulaire dans la stratégie énergétique belge. On peut pour cela remercier notre accès privilégié sur la mer du Nord. En 2020, la production devrait d’ailleurs pouvoir couvrir 10% de la demande totale d’électricité en Belgique. Il n’y a plus qu’à espérer que ce pourcentage ne fera qu’augmenter exponentiellement.

 

Utilisez de l’électricité verte

Pas encore prêt à investir dans une coopérative ? Vous pouvez tout de même soutenir l’électricité verte via nos achats groupés et économiser jusqu’à 350 euros !

Je m’inscris maintenant

 


SourcesRenouvelleBelgian Offshore PlatformParkwindECO2050 (site en néerlandais)North Sea Wind

← Voir tous les articles