Colruyt et Fluxys veulent construire une usine à hydrogène vert en Belgique

11/10/2019

Bonne nouvelle pour la transition énergétique en Belgique : Colruyt et Fluxys dévoilent leur projet de construire la première usine à hydrogène du pays. Concrètement, il s’agira de transformer en hydrogène le surplus d’électricité des éoliennes offshore.

Éoliennes offshore pour usine à hydrogène

Cela fait déjà un certain temps que le groupe de supermarché Colruyt investit dans l’énergie durable, et plus particulièrement dans des projets liés à l’hydrogène. Il voit désormais les choses en grand et planifie de construire la première usine à hydrogène vert du pays. Pour cela, il compte s’associer à Fluxys, gestionnaire de réseau de gaz. Le projet devrait être approuvé dans les prochains jours par les conseils d’administration des deux entreprises.

 

Usine à hydrogène ? Quésaco ?

Usine à hydrogèneUne usine à hydrogène sert à… produire de l’hydrogène, comme on pouvait s’en douter. C’est un gaz dont l’atout principal est d’être très énergétique. Il peut aussi être stocké facilement.

Là où les choses deviennent particulièrement intéressantes, c’est que Colruyt et Fluxys comptent sur les parcs éoliens en mer pour produire cet hydrogène. En bref, on va transformer l’électricité verte des éoliennes en gaz, grâce au procédé de l’électrolyse de l’eau (séparation des molécules d’oxygène et d’hydrogène de l’eau via un courant électrique). On appelle communément cette transformation « Power to gas ».

Concrètement, cela présente plusieurs avantages. Le premier, c’est que cette production n’émettra aucun CO2 ou autre gaz à effet de serre. Ensuite, l’hydrogène est bien plus facile à stocker que l’électricité, ce qui permet de faire des réserves pour les périodes où la production d’énergie est plus faible. Bien qu’il y ait tout de même une perte d’énergie d’environ 30% lorsque l’on convertit l’électricité en hydrogène, cela reste une excellente solution pour utiliser efficacement le surplus d’électricité produit par les éoliennes. Enfin, si cette initiative aboutit, cela serait une avancée non négligeable pour la transition énergétique du pays. En effet, le Belgique pourrait ainsi réduire de façon significative sa dépendance aux énergies fossiles.

 

Une première en Belgique

Le pari est ambitieux : l’installation projetée aura une capacité de 12 à 25 mégawatts (avec une extension possible), pour un investissement estimé à 25 millions d’euros. C’est la première fois qu’un projet de production d’hydrogène vert atteint une telle envergure en Belgique. Chez nos voisins allemands, une usine à hydrogène existe déjà depuis 2013, tandis qu’en France, les travaux pour en accueillir une ont commencé l’an dernier également. Avec toutes ces installations qui se dessinent, l’Europe peut espérer réduire son empreinte carbone de manière significative. Reste à rendre le processus plus rentable qu’il ne l’est pour le moment.

Pour le projet belge, les deux sites envisagés pour installer l’usine sont Zeebruges et Anvers. De fait, Zeebruges bénéficie déjà d’une logistique propice grâce aux éoliennes à proximité et au réseau gazier déjà présent, tandis qu’Anvers a l’avantage d’être proche d’importants clients industriels potentiels.

En attendant, Colruyt et Fluxys examinent les possibilités de subside dont le projet pourrait bénéficier.

 


Sources: L’Echo, Colruyt – Rapport annuel 2018/19GRTgazEuractivUniperProjet Jupiter 1000

 

← Voir tous les articles