5 idées reçues sur les panneaux photovoltaïques en hiver

09/10/2019

On entend souvent le même discours concernant l’utilisation de panneaux photovoltaïques en hiver : « ce n’est pas assez rentable », « il fait trop froid », « les panneaux vont s’abimer avec les intempéries »,… Et si tout cela était faux ?

Panneaux photovoltaïques en hiver

Il y a beaucoup de choses qui se disent à propos des panneaux solaires photovoltaïques et de leur utilisation en hiver. De nombreux ménages n’osent pas encore investir dans le photovoltaïque, car ils pensent qu’il n’y a pas assez de soleil en Belgique ; certes, notre météo nationale peut parfois en refroidir plus d’un. Pourtant, l’utilisation de telles installations, même en hiver, reste largement rentable. Nous balayons les principales idées reçues avec vous.

 

1. Il n’y a pas assez de soleil en hiver pour que des panneaux photovoltaïques soient rentables.

C’est un argument assez vague, car cela dépend de ce que l’on entend par « soleil ». Si l’on fait référence à la chaleur du soleil, alors cet argument est tout à fait hors propos. En effet, c’est la luminosité qui fait fonctionner les cellules photovoltaïques des panneaux, et non la chaleur. La bonne nouvelle, c’est qu’à notre latitude, nous bénéficions de suffisamment de lumière, même en hiver. S’il est vrai que les journées sont plus courtes et moins ensoleillées qu’en été, les panneaux peuvent tout de même produire une quantité substantielle d’électricité.

 

2. Il y a trop de nuages en hiver. Cela empêche les panneaux photovoltaïques de capter la lumière.

Bien que les nuages obstruent une partie de la luminosité, leur présence n’est pas aussi néfaste qu’on pourrait le penser. En effet, même par temps nuageux, les panneaux captent quand même la lumière partiellement cachée par les nuages. Cela s’explique par le fait que les cellules photovoltaïques ne captent pas que les rayons directs, mais aussi les rayons diffus ou réfléchis. En résumé, tant qu’il y a de la lumière, il y aura production d’énergie.

 

3. Il fait trop froid en hiver. Cela va diminuer la performance des panneaux.

En réalité, c’est le contraire : ce sont de fortes chaleurs (températures supérieures à 25°C) qui vont avoir un impact négatif sur la production des panneaux photovoltaïques. Par contre, pour les températures inférieures à 0°, leur performance reste inchangée. En outre, comme mentionné plus haut, les panneaux ne fonctionnent pas à l’énergie thermique, mais bien à l’énergie lumineuse. Le potentiel de production d’énergie n’est donc pas dépendant de la température ambiante.

 

4. Les intempéries (neige, pluie) vont abimer les panneaux.

La pluie est en réalité bénéfique pour les panneaux, car elle permet d’enlever la poussière, le sable, ou d’autres types de saletés qui peuvent se déposer dessus. Quant à la neige, ce dont il faut surtout se méfier, c’est des couches épaisses qui pourraient obstruer les panneaux et qui empêcheraient alors la captation des rayons du soleil. Heureusement, il y a généralement peu de tempêtes de neige en Belgique, ce qui rend ce genre de cas plus rare. Les couches de neige plus fines, quant à elles, ne sont pas à craindre. En effet, la surface des panneaux étant lisse, la neige n’a que peu d’adhérence et a tendance à glisser naturellement des panneaux ou à fondre rapidement. En outre, elle fait également office de miroir en reflétant les rayons du soleil. Les panneaux captent donc plus de luminosité et restent ainsi remarquablement productifs par temps neigeux.

 

5. La rentabilité n’est jamais optimale : en hiver, les panneaux ne produisent pas assez d’énergie, et en été, ils en produisent trop.

Le système du compteur à l’envers a été instauré pour pallier cette situation. Le fonctionnement est simple. Pendant l’été, vous allez produire une quantité d’énergie plus importante que celle que vous allez consommer. L’énergie en trop sera alors injectée sur le réseau. Votre compteur va par conséquent diminuer et tourner à l’envers. En hiver, ce sera le contraire. Vous allez utiliser de l’énergie du réseau, en plus de celle que vos panneaux produisent, pour couvrir votre consommation. Le compteur va alors augmenter, ce qui va contrebalancer la partie que vous aviez produite en surplus durant l’été. Au final, il est tout à fait possible d’arriver à un équilibre de consommation tout au long de l’année.

Attention cependant au futur tarif prosumer (ou « prosommateur ») en Wallonie [1]Il pourrait provoquer du changement dans le système actuel, en imposant un double compteur à la place d’un compteur tournant à l’envers. Souvent considérée comme une taxe, il faut plutôt la voir comme une redevance. Elle aura pour but de facturer l’utilisation du réseau lorsque l’énergie que vous produisez en trop est injectée dessus. Le double compteur permettra d’identifier précisément la partie injectée. En principe, ce tarif prosumer ne sera appliqué qu’à partir de 2025, au lieu de 2020.

 

Conseils pratiques

En outre, rappelons que les facteurs qui influencent le plus la productivité des panneaux photovoltaïques sont son inclinaison et son orientation. Pour un rendement idéal, il faut que les panneaux soient placés avec une inclinaison de 35-45° et une orientation plein sud. Évitez donc à tout prix de les installer avec une inclinaison trop élevée ou de les orienter vers le nord si vous voulez maximiser votre production d’énergie !

>> Vidéo: fonctionnement d’une installation photovoltaïque

Enfin, sachez que si vous comptez installer des panneaux photovoltaïques, il est plus intéressant de le faire en automne ou en hiver. Comme la demande est plus faible durant cette période de l’année, vous évitez les longs délais d’installation qui sont monnaie courante en haute saison.

Ne laissez donc plus l’hiver freiner votre transition vers une énergie verte !

 

Faites des économies!

Jusqu’à -15% de réduction sur vos panneaux photovoltaïques grâce aux achats groupés Wikipower !

Je m’inscris maintenant

 


[1] Le tarif prosumer est déjà instauré en Flandre.

← Voir tous les articles