Trottinettes électriques : oui à la mobilité douce, non à l’incivisme

17/06/2019

Sur nos routes, les trottinettes électriques sont venues s’ajouter aux skates, hoverboards, segways, gyroroues, monoroues et autres ovnis de la circulation. De quoi surprendre parfois automobilistes et usagers faibles. Nouveau mode de déplacement à part entière, les trottinettes électriques rencontrent un succès rapide qui pourrait dépasser nos décideurs. Aussi, les chartes de bonne conduite, campagnes de sensibilisation et obligations voient leurs contours se dessiner peu à peu. Ceci afin que chacun puisse circuler en bon père de famille et de façon sécuritaire. Qu’en est-il au juste en ce début d’été 2019 ?

Trottinettes

Le boom des trottinettes électriques en Belqique

Avec le retour des beaux jours, les trottinettes électriques sont devenues incontournables, de l’Ardenne jusqu’à la Côte en passant par nos métropoles. Quand elles ne sont pas achetées à titre privé, elles sont partagées ou louées auprès des offices du tourisme et entreprises de libre-service (« free floating »). Il ne semble pas y avoir d’âge pour faire de la trottinette : les usagers ont de 7 à 77 ans. Pliables et compactes, ces véhicules sont appréciés pour leur flexibilité et leur faible taux d’encombrement. Ces « nouveaux engins de déplacement » – selon l’appellation générique et officielle – sont également des alternatives en matière de mobilité douce. Rien qu’à Bruxelles et pour 1 seul des 6 acteurs du marché de la trottinette électrique en libre-service dans la capitale, on recense 125.000 utilisateurs. Malheureusement, les probabilités d’accident s’en trouvent, quant à elles, accrues également. Raison de plus pour s’interroger sur le bon usage de ces engins.

 

 

Des mesures préventives pour que cette nouvelle mobilité reste douce

En Belgique – et au moment où cet article est écrit – il n’existe pas de véritable cadre réglementaire ni sanction. La plupart des autorités communales préfèrent pour l’instant la prévention à la répression. Pour ce faire, certaines villes sont en train d’éditer des chartes de bonne conduite à l’attention des opérateurs et des utilisateurs de ces EDM (Engins de Déplacement Motorisés). Dans certaines villes, une limitation des trottinettes par opérateur est d’actualité.

L’institut belge pour la sécurité routière VIAS s’est également associé à certains opérateurs de free floating dans le cadre d’initiatives à titre préventif toujours. Des campagnes de sensibilisation voient ainsi le jour pour inciter les utilisateurs à mieux respecter les règles de circulation au profit d’une conduite sûre et responsable.

 

Conseils pour se déplacer en EDM de façon civique

Faites preuve de bon sens et de courtoisie, surtout. Les conseils qui suivent valent pour tout EDM :

  • souscrivez une assurance : depuis le 1er juin 2019, une assurance familiale suffit. Avant cela une assurance auto était obligatoire ;
  • respectez le code de la route ;
  • privilégiez des produits répondant à la norme CE ;
  • conformez-vous aux consignes du fabricant : précautions d’usage, limitations de poids… ;
  • avant de vous lancer dans le trafic, apprenez à maîtriser votre engin, voire suivez une formation ;
  • pensez à porter un casque et autres protections ;
  • respectez les limitations de vitesse (25 km/h max. sur la chaussée) ;
  • évitez d’emprunter les trottoirs. Si vous êtes un peu obligé d’y circuler, n’y dépassez pas les 5km/h et restez courtois à l’égard des piétons ;
  • garez-vous de façon à ne pas gêner les autres usagers ;
  • ne mettez pas ce type d’engin entre les mains d’un jeune enfant.

 

Une région ou un pays n’est pas l’autre en matière de trottinettes électriques

Chez nous, Bruxelles est d’ores et déjà plus ferme que les autres villes en matière de stationnement des trottinettes. Bruxelles Mobilité, en partenariat avec les autorités locales, va étudier les possibilités d’interdiction dans certains lieux des communes bruxelloises. Des amendes, allant de 200 à 2000 euros, seront perçues auprès de l’exploitant.

La France est, quant à elle, en train de prendre des mesures au niveau national et adressées à l’utilisateur lui-même. Aussi, si vous vous rendez outre-Quiévrain avec votre trottinette ou que vous souhaitez en louer une sur place, sachez que, par exemple, dès septembre, circuler avec ce type de véhicule sur les trottoirs sera passible d’une amende de 135 euros. Dans l’Hexagone toujours, leur utilisation sera par ailleurs interdite aux enfants de moins de 8 ans. Des équipements, tels que casque, feux, freins et avertisseurs sonores pourraient aussi être d’actualité dès la rentrée. Une ville comme Paris, quant à elle, n’attendrait pas septembre pour renforcer la réglementation en matière de circulation et de stationnement des trottinettes.

Tant du point de vue de la loi que des assurances et de leur couverture, la situation est en passe d’évoluer. Avant d’enfourcher votre trottinette, veillez donc bien à vous informer sur la réglementation en vigueur là où vous allez circuler.

← Voir tous les articles