Consommation d’énergie : où en sont les Belges ?

17/06/2019

Dans le cadre de la Semaine européenne de l’énergie durable, du 17 au 21 juin 2019, Wikipower s’est penchée sur le comportement des Belges en matière de consommation d’énergie. Nos concitoyens ont certes déjà marché en nombre pour le climat à plusieurs reprises. A notre échelle et au quotidien, nous sommes prêts aussi à changer nos habitudes. Etat des lieux en Belgique et comparaison avec nos voisins européens.

Consommation d’énergie

Comparer et changer de fournisseurs d’énergie

Premier constat après analyses de nos statistiques et sources* : les Belges savent faire jouer la concurrence parmi la quinzaine de fournisseurs du marché belge. Maxime Beguin, CEO de Wikipower, illustre : « Rien que pour l’année 2018, Wikipower a aidé 49.500 ménages à changer de fournisseurs d’énergie et à économiser au total 11 millions d’euros sur leurs factures d’électricité et de gaz. La libéralisation du marché de l’énergie en 2007 a certes décidé les Belges à oser changer de fournisseurs. C’est ce qui explique le succès d’une plateforme en ligne comme Comparateur-Energie.be ». Les Belges sont résolument prêts à revoir leurs habitudes de consommation d’énergie, et ce, quels que soient leur niveau social, leur genre, leur degré d’éducation ou encore la région où ils vivent. Avec un taux de changement de fournisseurs avoisinant les 20% selon les régions de notre pays, la Belgique se trouve largement dans le peloton de tête européen, tant pour le gaz que l’électricité ».

 

Consommer plus vert et privilégier les achats groupés d’énergie

Lorsque les consommateurs belges décident de changer de fournisseur d’énergie, c’est certes pour réduire leur facture d’énergie. La plupart d’entre eux entendent également passer de l’énergie « grise » à l’énergie verte. Ils souhaitent en effet devenir des consommateurs de plus en plus responsables ou « consom’acteurs ». De là, un engouement pour les achats groupés d’énergie 100% verte. Et quand les Belges peuvent saisir une opportunité de subsides, c’est encore mieux. Ainsi, à Bruxelles surtout, les groupements d’achats en photovoltaïque ont aussi la cote, d’autant que la date de janvier 2020 est souvent évoquée comme date-limite en matière d’incitants. Cet attrait pour les Sources d’Energie Renouvelables (SER) ne devrait toutefois pas en rester là. En effet, une directive européenne entend encourager, d’ici 2020, une augmentation de 43% de leur utilisation parmi les ménages, l’industrie et l’agriculture. Soit, d’ici quelques mois, passer de 9,06% à 13% dans de SER dans le mix énergétique.

SER graphique

 

Soutenir nos efforts pour raisonner notre consommation d’électricité et de gaz

Au cours des dix dernières années, la production d’énergie renouvelable a certes connu une belle envolée. Malheureusement, nos factures d’énergie aussi. La Belgique figure d’ailleurs en 3e position après l’Allemagne et le Danemark au classement des pays qui ont connu une hausse fulgurante de leur facture d’énergie. En termes d’électricité de type résidentiel, notre pays affiche en effet un prix +/- 40% supérieur à la moyenne européenne. Nous sommes, par contre, meilleurs élèves en ce qui concerne le prix du gaz à usage domestique, avec un prix +/-15% sous la moyenne européenne. Concrètement et à hauteur d’un ménage belge moyen, cela signifie que, en 2017, l’électricité coûtait 28,40 eurocents/kWh TVAC et le gaz naturel 5,40 eurocents/kWh TVAC. D’autres chiffres parlent d’eux-mêmes : 73,8 % de l’énergie consommée par les ménages belges est utilisée pour le chauffage, 12,3% pour l’éclairage et les appareils électriques, 11,7 % pour le chauffage de l’eau et 1,7% pour la cuisine.

En tant que consom’acteurs, nous avons donc un double intérêt, à la fois environnemental et financier, à repenser notre consommation d’énergie. De là, toute l’importance de comparer. Un service comme Comparateur-Energie.be, ce n’est pas seulement une plateforme en ligne pour comparer les tarifs des fournisseurs d’énergie. C’est aussi une équipe d’experts qui proposent un service personnalisé, gratuit et sans engagement. Ceux-ci sont là pour prodiguer des conseils et expliquer de bonnes pratiques afin d’utiliser l’énergie durablement. En cette Semaine européenne de l’énergie durable certes, mais aussi tout au long de l’année.

 


 

Article repris dans la presse : Le Soir et la DHnet

 


 

Sources :

 

← Voir tous les articles